"La belle Nivernaise" Ciné concert

le Grand Choeur des Voix Bulgares direction Ilia Mihailov & Trio Raulin 

Reprise 14 novembre 2017 Sofia 17 Novembre Varna (Bulgarie)

 

film muet de Jean Epstein de 1923

le grand choeur des voix Bulgares dirigé par Ilia Mihailov

et le trio de François Raulin avec Christophe Monniot (sax) et Bruno Chevillon (contrebasse)

The Great Bulgarian Voices direction Ilia Mihailov Aout 2007 Aoste

 

Ilia Mihailov & François Raulin Sofia mai 2017

Ilia Mihailov, François Corneloup, Jean Jacques Avenel et François Raulin

Extrait du concert de Aout 2007

Créé en Italie en cloture du Festival Strade Del cinema à Aoste le 15 Aout 2007, ce ciné concert est en cours de production pour re-création/diffusion en 2018 2019

Ce qu'en dit la presse :

 

Le ciné concert « la belle Nivernaise » fut créé lors d une rencontre exceptionnelle en Aout 2007 à Aoste pour le final du festival « Strade del Cinema »

Cet événement marquant pour ceux qui ont pu y assister,  ne fut joué qu’une seule fois.

Le croisement inattendu entre un film muet d’un auteur important de l’histoire du cinéma Européen, Jean Epstein, le grand choeur des voix bulgares dirigé par Ilya Mihailov et le trio de François Raulin a marqué les esprits .

L‘ émotion que dégage ce film est ici décuplée par la force magique des voix  Bulgares et par une écriture originale des musiciens du trio .

Il s ‘agit ici d’une vraie osmose entre le jazz Européen et sa capacité à utiliser l’improvisation et l’écriture , et la musique intemporelle des Chants traditionnels . Ce concert est imaginé comme un « mini opéra » , une suite de tableaux qui se tissent en champ/contrechanp des images.

Après l’ouverture, le trio crée une toile de fond évolutive , prépare les pièces du choeur en  jouant parfois littéralement la musique avec le choeur.

grace à cette véritable « mise en scéne musicale » ,on écoute  différemment quelques pièces célèbres du choeur , on découvre aussi une écriture originale avec une attention particulière à la mélodie et aux effets dramatique que peuvent donner une  improvisation inattendue  du choeur  ou un soudain silence.

 

Ilia Mihailov et François Raulin ont travaillé ensemble pour trouver un terrain de jeux original ou chaque partie s’exprime pleinement,se répond, se mélange en  un contrepoint de plus en plus serré à mesure que le film se densifie.